Les Télécommunications

L’année 2008 a été une année particulièrement troublée pour l’économie nationale. Au-delà des espoirs légitimes nés de la fin de la crise séparatiste et institutionnelle et de l’unité nationale retrouvée, le pays a dû faire face à des difficultés particulières qui ont eu des effets extrêmement néfastes sur tous les secteurs d’activité des Comores engendrant à son tour un mal être au niveau de toutes les couches sociales.

Personne n’a été épargné par les crises successives dont les origines sont souvent les résultats d’une conjoncture internationale volatile et incertaine.

Au niveau Internationale, la crise alimentaire mondiale, la crise du pétrole brut, suivi par le spectre d’une récession faisant trembler toutes les institutions financières du monde, sont tous autant d’éléments ayant contribué à fragiliser les bases d’une relance économique dont les Comores commençaient enfin à entrevoir. Au niveau national, ces difficultés se sont aussi accrues avec les perturbations liées à la pénurie de carburant ainsi que d’autres facteurs ayant affecté négativement la performance de tous les opérateurs économiques du pays. Bien sûr, Comores Telecom n’a pas été épargnée.

Les crises successives qui ont secoué le pays ont eu un effet très adverse sur les prévisions de croissance de Comores Telecom. Notre équipe s’est retrouvée face à un dilemme tout a fait compréhensible : Comment atteindre les objectifs de croissance que nous nous sommes fixés sans pénaliser le consommateur dont les différentes charges sont déjà assez lourdes ? Pendant que les prix des denrées de première nécessité connaissaient une hausse vertigineuse (comme partout ailleurs dans le monde), Comores Telecom pouvait-elle continuer sa politique de baisse régulière des nos tarifs tel que nous avions habitué nos fidèles abonnés et consommateurs ? Comores Telecom aurait difficilement pu faire autrement. Malgré une conjoncture extrêmement contraignante, nous avons décidé de privilégier une approche qui tendrait vers l’éradication de cette crise en continuant avec notre politique de baisse des tarifs, pour permettre à la population de faire face à la relative fragilité des conditions de vie que connaissent tous les comoriens. En même temps, Comores Telecom doit continuer à lutter sur plusieurs fronts pour l’amélioration de nos prestations de services.

Pourtant, malgré la conjoncture difficile actuelle, nous avons une pleine confiance en un avenir meilleur et scintillant. Toutes les pièces du puzzle du développement socioéconomique sont inexorablement entrain de se mettre en place. Les Comores ont enfin des perspectives sérieuses d’investissements étrangers qui auront la potentialité de relancer le cycle économique du pays en créant plus d’opportunités d’emplois et de richesse ainsi que les conditions idéales de transfert de technologies à travers des partenariats stratégiques à créer et à consolider. L’ouverture du pays vers des capitaux et des technologies étrangers permettra aussi à Comores Telecom d’élargir son offre face à une demande plus soutenue par la croissance. La libéralisation, par exemple, du marché des Télécommunications perçue comme une menace directe n’est en fait qu’un énorme potentiel offert à Comores Telecom pour améliorer sa productivité et son rendement.

Loin d’être vue comme une menace, la concurrence est perçue comme une mesure saine et louable qui n’aurait que des retombés positifs sur l’Etat en général et les consommateurs en particulier. Cette libéralisation vient aussi à point nommé car arrivant à un moment crucial dans l’histoire des Télécommunications des Comores. Il est effet difficilement acceptable pour Comores Telecom qu’à l’aube du siècle numérique, les Comores n’utilisent que très faiblement les opportunités qu’offre la fibre optique. Comores Telecom a déjà commencé à changer une partie de son réseau câblé en installant de la fibre optique dans certaines zones, permettant ainsi une connexion à haut débit pour optimiser les installations de l’ADSL déjà en place. C’est pourquoi Comores Telecom s’est engagé, avec le soutien total du gouvernement, dans le projet EASSy (East African Submarine System). Le projet EASSY est sans doute l’un des projets régionaux les plus importants auquel Comores Telecom participe. Ce projet regroupe 26 pays de la région de l’Afrique de l’Est (de l’Afrique du Sud à l’Egypte) et consiste à relier ces pays à un câble sous marin géant de fibre optique leur permettant d’accéder à un très haut niveau de connectivité.

  • Les Comores s’assurent ainsi d’une passerelle vers l’ère du numérique à grande échelle et à grande vitesse. Au niveau de Comores Telecom, ce projet répond à plusieurs objectifs :
  • Amélioration de la qualité des prestations de service de Comores Telecom,
  • L’extension et la diversification des moyens de télécommunications. Le câble sous-marin offre une autre alternative d’accès aux communications internationales par rapport à l’ancien Centre de Transit International ;
  • La création de centaines d’emplois dans de nouveaux secteurs d’activités liés aux TICs tels que le Développement des Call Centers et autres.
  • Le désenclavement de l’archipel et un accès plus facile aux TIC’s
  • La réduction des tarifs des Télécommunications et autres services assimilés
  • etc.

Les Comores sont solidement encré au projet EASSY. Ainsi, en mai 2009, le pays accueille une importante réunion du comité de gestion du projet EASSY dont Comores Telecom assure d’ailleurs, au même titre que British Telecom, la Vice Présidence de la très importante Commission des Finances du projet. Les 32 millions de US Dollars (passerelle internationale et backbone national) que Comores Telecom investit dans ce projet montre, si nécessaire, le sérieux de notre engagement pour le développement socio-économique du pays. De cette manière, Comores Telecom s’engage résolument dans l’ère du numérique pour mieux vous ouvrir le monde